Les Sauveteurs en Mer d’Erquy volent au secours de deux marins

Samedi 9 janvier, les Sauveteurs en Mer d'Erquy ont porté secours à deux pêcheurs réfugiés sur un radeau de survie et dont le bateau, devenu "fou", tournait en rond sans pilote.
sauvetage-marins-snsm-erquy

Deux pêcheurs quittent leur navire pour un radeau de survie

Le samedi 9 janvier, le Jupiter, un caseyeur de 8 m construit en 1968, navigue dans le secteur de la tourelle du Rohein, en baie de Saint-Brieuc, avec deux pêcheurs à son bord.

À 11 h 42, le sémaphore de Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d’Armor) alerte le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Corsen (Finistère), que le navire de pêche est en détresse suite à une importante voie d’eau.

La réaction est immédiate et, en moins de 5 min, le CROSS diffuse un Mayday Relay à l’ensemble des navigateurs sur zone, leur demandant de rester en veille, et engage le Côte de Penthièvre, la vedette de 2e classe de la station SNSM d’Erquy.

À 11 h 52 la J-M Camenen, la vedette de 1ère classe de la station SNSM de Saint-Quay-Portrieux, est également sollicitée.

 

Une météo mauvaise et un bateau "fou"

Marcel Gaudu, notre Président, nous raconte la suite :

"Nous le savions, cette opération de sauvetage était risquée du fait même d’une météo résolument mauvaise : vent de secteur Sud-Ouest force 4 sur l’échelle de Beaufort (20 à 28 km / h) et mer 4.

En dépit des éléments qui s’intensifient de minute en minute, le Côte de Penthièvre est sur zone dès 12 h 27. Le J-M Camenen le rejoint peu de temps après et reste à proximité, en support.

Les deux pêcheurs, préférant abandonner le Jupiter qui risquait de couler à tout moment, se sont réfugiés sur leur radeau de survie. Nous les récupérons sans encombre, ils sont choqués mais en bon état de santé.

Mais une nouvelle difficulté, et pas des moindres, se présente à nous : l’embrayage du caseyeur étant bloqué, il effectue des rotations sans fin sur lui-même.

La situation est complexe : comment aborder ce bateau fou sans courir de risques ? Sans compter que le vent d'Ouest et le courant ne cessent de se renforcer...

Après une première tentative d’approche, nous décidons de mettre à l’eau le zodiac d'intervention qui se trouve sur la vedette. À 12 h 44, grâce à l’agilité et au sang-froid de nos sauveteurs, deux membres de notre équipage parviennent enfin à monter à bord du Jupiter.

Le moteur du navire de pêche est immédiatement stoppé et le pompage débute afin d'alléger le bateau et de trouver la voie d'eau. À 13 h 12, au vu des conditions météorologiques, nous décidons de tenter un remorquage jusqu'au port d’Erquy tout en continuant à pomper l'eau de la cale. Le trajet n’est pas de tout repos car le volume important d'eau provoque un roulis qui manque de nous faire chavirer à chaque vague prises de travers.

Alors que l’opération de sauvetage touche à sa fin, la vedette de Saint-Quay-Portrieux est désengagée et rejoint sa base. Le Côte de Penthièvre et son équipage regagnent quant à eux leur station à 14 h 31.

Notre mission s’achève."